Arides

2021
 | 300 pages
25,00 $ (papier)
16,99 $ (EPUB et PDF)
ISBN PAPIER 
978-2-925085-19-5
ISBN EPUB 
978-2-925085-20-1
ISBN PDF 
978-2-925085-21-8

À PARAÎTRE LE 5 OCTOBRE 

Collection AP

Dan, mi-cinquantaine, a reçu un courrier de son fils, premier contact depuis quil la abandonné lorsquil était enfant. Son passé le happe, lui qui ne sait rien de sa propre famille. À force dinsistance, Dan parvient à percer une brèche dans le mutisme de son père, mourant, qui lui dévoile son lieu de naissance. Il part aussitôt, en quête de ce village, lieu de toutes ses réponses, mais dans ces collines asséchées où il se perdra et frôlera la mort, sa soudaine présence ravivera des tensions aux racines profondes et arrachera sans le savoir des bribes dun passé violent intimement lié au sien.

Comme un roman daventure, Arides nous plonge dans les méandres de ces drôles de silences qui figent parfois les familles. Dans ces rudesses d’âmes qui, sans le vouloir, tracent les trajectoires de ceux qui suivent.


EXTRAIT 

« Le vieux finit par tourner la tête vers son fils et lui fit signe d’approcher.

- Viens ici...

Il répéta son geste. Dan se leva.

Le vieil homme déglutit et il se mit à lui parler. Sa voix était faible. Rugueuse. Elle se faufilait avec peine jusqu’à l’oreille de Dan, immobile, attentif. Il lui parla de petites maisons collées les unes contre les autres, serrées comme pour ne pas se perdre au coeur de l’immensité du paysage, pour se tenir ensemble. Des maisons grossièrement alignées le long d’une rue centrale qui débouchait sur une petite chapelle dont le clocher rythmait la vie des villageois. Il lui révéla que c’était dans cette chapelle que Dan avait été baptisé.

La chambre d’hôpital était immensément silencieuse. Les mots du vieux y brillaient comme des étincelles dans la nuit.

Il lui décrivit aussi la maison de ses grands-parents maternels, cette petite maison simple, sur deux étages, dans laquelle il avait vu le jour.

Dan l’écoutait avec une attention monastique. Une petite maison nichée dans un village. Lui qui avait toujours vécu en ville, qui n’était pour ainsi dire jamais sorti de la ville...

- Et ce village, il est où ?

Après une longue hésitation, son père lui parla de ces terres vallonnées à perte de vue, de cette forêt touffue, de cette rivière qui serpentait entre les collines - des indications objectivement floues mais qui, à l’oreille de Dan, sonnaient comme un trésor.  

- Et la famille, insista encore Dan. Qui sont-ils ? Où es-tu né, toi ?

Son père fut pris d’une longue quinte de toux qui sembla briser son corps chétif. Dan lui tendit à nouveau le verre d’eau. Il but à toutes petites gorgées. Sa main tremblait.

Le vieux se racla la gorge, il grimaça.

- Oublie ces gens, lâcha-t-il avec effort. Je te l’ai déjà dit mille fois, oublie-les.

- Oublier ? Mais oublier quoi, je ne sais rien. Rien ! »