Pas dire

12 x 17 cm

2021
 | 110 pages
13,00 $ (papier)
13,00 € (papier)
7,99 $ (EPUB et PDF)
6,99 € (EPUB et PDF)
ISBN PAPIER 
978-2-925085-13-3
ISBN EPUB 
978-2-925085-14-0
ISBN PDF 
978-2-925085-15-7

Collection Sauvage No 8 - Roman

PRIX DU ROMAN GAY 2021 - Roman court 

Paris. Période : 1987-1992. Sur fond d’épidémie de sida, le narrateur a une histoire avec un garçon de son âge, *******, qui n’assume pas sa sexualité et fait tout pour la rejeter. La relation est violente, intense et cruelle, mais se poursuit malgré la souffrance. Les amis du narrateur, Mathieu et Hervé, tentent de comprendre la nature de cette relation, peut-être de l’en sortir. Hervé est atteint du sida, il est souvent hospitalisé et il en meurt finalement. Le narrateur s’enlise, il essaie de dire les choses, n’y parvient pas correctement. ******* disparaît. 

On peut lire Pas dire  en commençant par le début du livre ou par la fin. Ceux qui préfèrent le sens chronologique choisiront la deuxième option. L’expérience en sera autre.


AUDIO
Le Cochaux Show |  Annika Parance présente Pas dire.
 
L'ange sauvage | Baptiste Thery-Guilbert s'entretient avec l'animateur du podcast au sujet de Pas dire.
 
Le Lobby | Chronique littéraire sur Pas dire à la 32e minute, avec lecture d'un extrait.
 

REVUE DE PRESSE
Babelio | 31 octobre 2021
« Ce livre est un bijou à qui saura l'apprécier. » *****
 
Babelio | 30 octobre 2021
« Mais ce récit aborde également la prise de position, l'émancipation, la libération et l'affirmation de soi. Les phrases sont courtes, percutantes, troublantes. Les mots vont droit au coeur. Et c'est d'ailleurs l'impression que laisse ce récit ; un cri du coeur. » ***1/2
 
Cochaux Show | Nicholas Giguère | 17 juillet 2021
« Beaucoup de choses m'ont plus dans ce texte, dont l'écriture assurée. »
 
Babelio | 11 juillet 2021
«Écrit dans un style intimiste, mais fluide, ce microrécit qu’on lira d’une traite (30 minutes pour les plus rapides) saisit le lecteur de manière grave et lancinante, parce qu’il dresse le portrait très touchant de personnes ayant parfois peur d’assumer leurs choix ou ce qu’ils sont, même lorsque de l’autre côté on leur tend la main. »
 
Le sanctuaire de la culture | Nathasha Pemba | 8 juillet 2021
« C’est en cela une petite merveille, qui réussit même, dans sa dernière partie, à basculer sereinement dans un registre quasiment psychologique, où le fait se dénoue et se dissimule pour laisser place à une forme de décomposition interne qui, articulée à une prose plus intime, conserve sa sensibilité. »
 
Page par page | Annick Lavogiez | 8 juillet 2021
« Dans ce magnifique court roman qu’est Pas dire, Baptiste Thery-Guilbert joue avec les conventions de l’écriture : le récit commence par la fin et nous découvrons l’histoire en sens inverse, remontant le fil du temps. C’est audacieux, déstabilisant. » 
 
Bien entendu (Radio-Canada Première) | Billy Robinson | 18 juin 2021
« Se dévore en quelques heures. Laissez-vous convaincre par la collection Sauvage de la maison Annika Parance. Il y a des pépites là-dedans. » 
 
Culture Hebdo | Juin 2021
« Un texte court mais au ton choc. » 
 
Lettres québécoises | Nicholas Giguère | Été 2021
« Baptiste Thery-Guilbert frappe fort avec Pas dire, un excellent roman » ****
 
Ma page littéraire | Dominique Blondeau | 7 juin 2021
« Source de Jouvence qui nous rappelle le roman de l'écrivain irlandais Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray. » ***1/2
 
Fugues | Benoit Migneault | 30 mai 2021
« L’auteur, Baptiste Thery-Guilbert, fait preuve d’un rare talent »
 
J'ai pour mon lire | Paul Sylvestre | 11 mai 2021
« Les émotions sont toujours à fleur de peau. » 
 
Denis Morin, Blogue | Denis Morin | 28 avril 2021
« Un premier opus très fort »
« Sa plume authentique rejoint avec force celle du romancier Hervé Guibert, auteur de À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, et celle du dramaturge Jean-Luc Lagarce, auteur de Juste la fin du monde (que Xavier Dolan a adapté au cinéma). »